Mon job, ma raison de haïr.



Si vous connaissez un peu mon blog, vous savez que je travaille en tant que télé-conseillère. Au-delà du fait que c'est un travail compliqué du point de vue clientèle (oui les clients sont pas tous sympas), il se trouve que peu de personnes extérieures à ce métier en connaissent les (véritables) dessous.

J'ai eu la chance d'être avec de plus ou moins bonnes équipes, ce qui a changé depuis peu. En effet, depuis environ trois ou quatre mois, et suite à ma rencontre avec une nouvelle intégrée, plus personne ne m'adresse la parole. Alors, soit, je ne suis pas là pour me faire des amis mais une bonne ambiance est préférable dans une communauté quand on fait un travail comme le mien. (Article à voir ici !)

(Ce sujet mis à part, je ne pensais pas que les filles puissent être aussi garces les unes envers les autres. Marie, arrête de vivre au pays des bisounours, et fais toi à l'idée que ce taff est un taff où il y a un max de nanas, et que ça passe son temps à jacasser et à t'inventer une vie. Pire que Desperate Housewives...!)

Bref, sans parler de l'ambiance merdique qui plane à chaque fois que je m'assieds à mon bureau, j'aimerais revenir sur le fait que nous sommes conseillers-clientèle. Et non pas des chiens, voir des merdes, comme aiment à le penser la plupart de nos clients et de nos supérieurs.

Alors oui, effectivement, ce n'est pas le pire boulot qui existe, mais sachez qu'il est loin d'être simple de réussir à faire quelque chose de votre vie quand on passe son temps à vous rabaisser, à vous faire comprendre que vous n'atteindrez jamais les objectifs fixés, et surtout quand vous êtes seule dans votre coin quand les autres parlent entre eux.

Bien sûr, je ne parle pas du fait qu'il est quasiment impossible d'évoluer dans ce secteur.
Je ne parle pas du harcèlement moral, que j'ai subi, des réclamations que j'ai faîtes auprès de ma RH, de mon superviseur, pour m'entendre dire que même si les menaces ont eu lieu sur mon lieu de travail, c'est " personnel et ça ne les concerne pas ".
Ni des changements d'équipe que je n'ai de cesse de demander, qui sont restés sans réponses, des prises de parti de mon superviseur avec d'autres télé-conseillers contre moi et de sa manière de me toiser.
Je ne parle pas non plus du fait que nous avons des objectifs inatteignables, des horaires invraisemblables, et des paies misérables.
Evidemment, je ne parle pas de mon médecin qui me déclare de nouveau en dépression, qui souhaite de nouveau me gaver de médicaments.
Et enfin, je ne parle pas du fait qu'il me soit complétement impossible de démissionner.
Car démission = pas d’indemnités.
Car démission = pas d'argent pour nourrir mon enfant, pour payer mon loyer, ou mes factures.
Car la démission dans mon entreprise est obligatoire car il est impossible de demander un licenciement à l'amiable.

Et même si je souhaite plus que tout partir et arrêter de me faire rabaisser, je ne peux pas. Je n'en ai pas le droit. Au final, la seule chose à laquelle j'ai le droit, c'est de fermer ma gueule, continuer à pleurer tout les matins, et avoir de l'argent (et quelle somme, Seigneur !) pour que mon fils mange à sa faim.

2 commentaires:

  1. Haaaa purée comme je te comprends !
    J'ai passé un an dans des centres comme celui ci en tant que conseillère clientèle à me faire gueuler dessus à longueur de journée, du matin au soir et du lundi au samedi.. Mais j'ai finis par péter un plomb et à me barrer du jour au lendemain, trop de trop. Mais je n'avais pas d'enfants donc rien pour me retenir.

    Je te souhaite plein de courage et beaucoup de force surtout ♥
    Un jour tu trouvera mieux, c'est tout ce que je te souhaite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu savais comme j'espère que tu aies raison !
      Ça fait trois ans que j'y suis et j'arrive à saturation.
      Merci pour ton soutien ! ❤

      Supprimer

Instagram